Tout ce qu’il faut savoir avant d’acheter un vélo à assistance électrique

Le vélo à assistance électrique ou VAE comme on les appelle communément est un nouveau dispositif qui suscite les curiosités. Il s’agit d’un vélo dont l’assistance, comme son nom l’indique, est électrique, et non le vélo lui-même. Ainsi, l’engin n’avance pas tant que l’on ne pédale pas. Une batterie électrique se charge de stimuler le pédalier pour permettre au mouvement de s’accélérer.  De nombreux citadins affirment vouloir s’y mettre en affirmant que le VAE pourrait être un vrai moyen de transport d’ici peu grâce à l’électrique. Cependant, en France, le marché du vélo à assistance électrique est encore une niche face aux pays voisins comme l’Allemagne ou encore le Pays-Bas où les ventes marchent plutôt bien. Malgré tout, les chiffres sont en progression et cela devrait se poursuivre jusqu’à ce que l’usage du VAE soit devenu une vraie tendance. C’est donc la raison pour laquelle il est nécessaire de se pencher un peu plus sur cet objet et son usage. A quoi sert-il réellement ? Que faut-il savoir avant d’en acheter un ? Les réponses ci-dessous :

Le coût d’un vélo à assistance électrique

Le coût d’un vélo à assistance électrique

Le coût d’un vélo à assistance électrique

Les prix des VAE varient selon le modèle. Un qui soit de bonne qualité peut coûter plus de 3000 euros, ce qui n’est pas donné pour un vélo diriez-vous. On appréciera le prix selon l’usage qu’on en fera. Pour un moyen de locomotion au quotidien, l’achat d’un VAE est rentable à long terme d’autant plus que le coût est bien moins élevé que celui  d’une voiture d’occasion. On retrouve même des modèles à 750 euros chez Décathlon. Chez les revendeurs comme Holland Bikes, les modèles de vélos sont vendus aux alentour de 1400 euros. Ainsi, en France, en moyenne, un VAE à bon rapport qualité/prix vaut 1060 euros. Les villes de France proposent une subvention à l’achat d’un vélo à assistance électrique afin d’aider les acheteurs. Elles remboursent donc une partie du prix d’achat, ce qui peut aller jusqu’à 400 euros. Aux Pays-Bas où les VAE sont déjà énormément courants, on relève un prix d’achat atteignant 1468 euros en moyenne. Si en France l’entretien et la recharge coûtent une vingtaine d’euros par mois, cela est d’une quinzaine d’euros seulement aux Pays-Bas. La raison est simple, puisque l’usage de l’engin est déjà courant chez ce dernier, le pays a mis en place des aménagements cyclables confortables ainsi que des infrastructures de stationnement privilégiant la sécurité.

La vitesse maximale d’un vélo à assistance électrique

La vitesse maximale d’un vélo à assistance électrique

La vitesse maximale d’un vélo à assistance électrique

Il est clair que les VAE roulent plus rapidement que les vélos classiques. Ils requièrent un pédalage régulier, ce qui fait que redémarrer après un arrêt n’est plus un souci. L’Union Européenne a convenu d’une vitesse maximale de 25 km.h en ce qui concerne les pédaliers. Cependant, pour ceux qu’on appelle les « speed e-bikes », la vitesse maximale est de 45 km/h car ils ne sont pas considérés comme des vélos. Ce type d’engins requièrent une immatriculation et ne peuvent circuler sur les pistes cyclables. Aussi, les conducteurs de speed e-bikes sont tenus de mettre un casque.

La vitesse moyenne d’un vélo à assistance électrique

La vitesse moyenne d’un vélo à assistance électrique

La vitesse moyenne d’un vélo à assistance électrique

La vitesse moyenne d’un vélo à assistance électrique est de 19 km/h, ce qui est plus élevé qu’un véhicule motorisé en ville ou encore un bus ou même un vélo classique dont la vitesse moyenne est de 15 km/h. les utilisateurs de VAE parcourent en général de plus longues distances que les utilisateurs de vélo classique. En, moyenne, le trajet entre le domicile et le lieu de travail est de 11 km en France.

L’utilité d’un vélo à assistance électrique

L’utilité d’un vélo à assistance électrique

L’utilité d’un vélo à assistance électrique

Un VAE sert à tout. En d’autres termes, il s’agit d’un moyen de locomotion pour se rendre au travail, faire des courses, se promener, aller au restaurant ou encore transporter quelques charges. Bref, on peut se rendre d’un point à un autre en vélo à assistance électrique. Ce sont surtout les artisans et les commerçants qui usent du VAE pour se déplacer, à l’exemple du plombier, du facteur, … Les raisons pour lesquelles acheter un VAE varient selon l’utilisateur mais aussi le pays. En France par exemple, on a tendance à comparer le vélo assisté avec une voiture ; il est moins cher et plus écologique. Aux Pays-Bas où l’usage du VAE est déjà très avancé, c’est au vélo classique qu’on le compare : plus pratique. En effet, dans ce pays, on utilise le VAE en remplacement du vélo classique. Les habitants étant devenus plus vieux, le dispositif assisté est largement plus commode, sans parler du trajet devenu plus long.

Les limites du vélo à assistance électronique

Les limites du vélo à assistance électronique

Les limites du vélo à assistance électronique

Il ne faut tout de même pas se voiler la face, le VAE a ses limites. En effet, on recense quelques défauts au vélo à assistance électrique à l’instar d’une recharge de batterie qui peut montrer quelques signes de faiblesse. Certains utilisateurs dénoncent également des difficultés techniques quant à l’usage du vélo mais aussi des difficultés majeur à trouver un service pour l’entretien de l’engin. Les plus grandes marques ne possèdent forcément pas de boutiques dans toute la France et même les vélocistes n’en possèdent pas. Par ailleurs, on déplore aussi le vol de ce type d’engins qui peut facilement se transporter. Les dégradations, quant à elles, font partie des conséquences du manque de service d’entretien. En ce qui concerne certains pays dont la France, le problème du manque de voirie adaptée est aussi un souci lié au VAE. Il est important de s’informer sur ces aspects négatifs de la chose afin d’éviter les mauvaises surprises et afin de s’y préparer à l’avance. En effet, beaucoup d’utilisateurs avouent avoir dépensé une petite fortune pour un VAE sans avoir aucune idée de l’usage et des limites de l’engin. Ainsi, dès les premiers signes de faiblesses, beaucoup abandonnent le vélo à assistance électrique sans chercher de solution, ce qui est dommage.

Le profil des utilisateurs de vélo à assistance électrique

Le profil des utilisateurs de vélo à assistance électrique

Le profil des utilisateurs de vélo à assistance électrique

Aux Pays-Bas, ce sont surtout les vieux qui utilisent le vélo à assistance électrique. Les plus de 50 ans jouissent ainsi de ce moyen de locomotion facile, pratique et écologique. Ils se sont auparavant déplacés en vélo classique mais avec l’âge, ils ont préférés opté pour un modèle plus adapté. Dans les autres pays européens dont la France, le VAE est utilisé en majorité par les jeunes. Il s’agit d‘étudiants, de jeunes actifs fraîchement débarqués dans le domaine professionnel, qui n’ont pas forcément utilisé de vélo classique auparavant. C’est par souci de moyens qu’ils optent pour ce moyen de locomotion, à défaut de s’acheter une voiture. Tous les niveaux socio-professionnels sans exception sont attirés par le VAE, qu’il s’agisse de cols blancs ou de cols bleus. Même les retraités s’y mettent maintenant.

Les conséquences du vélo à assistance électrique

Les conséquences du vélo à assistance électrique

Les conséquences du vélo à assistance électrique

Cette nouvelle tendance du vélo à assistance électrique a changé bien des choses dans l’habitude des utilisateurs. Ils prennent désormais moins leur voiture, leur motos ou encore les transports en commun. Le vélo est un moyen de locomotion écologique et sain, ce qui est plutôt une bonne chose. Cependant, ce sont les taxis, les trains, les bus et autres voitures de location qui en pâtiront si jamais cette tendance évolue.

Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire